Interview Jean-Claude Tornoczky (Coach des U18 Elite) : ” Je m’épanouis à Blois”

Né en Allemagne en 1986, Jean-Claude Tornoczky est arrivé à Blois l’été dernier en provenance du club de Mirecourt. Entraîneur au sein du Centre de Formation aux côtés de Philippe Sudre, Jean-Claude est coach de notre équipe U18 Elite. Alors qu’il débutera ce dimanche la 2ème phase du championnat avec la réception du Paris Basket Avenir (à 15h30 au Palais des Sports), il nous parle de son parcours atypique et de ses premiers pas en tant que coach avec Blois. 

Peux-tu nous parler de tes débuts dans le basket ?

J’ai fait mes premiers pas dans le basket en Allemagne à l’âge de 9 ans. L’année suivante, je suis retourné dans mon pays, en Hongrie, où j’ai continué à jouer et à progresser et eu 14 sélections en équipe nationale jeunes.

A 16 ans, tu quittes ta famille pour venir à Châteauroux…

Oui ! Même si ce n’était pas une décision facile à prendre, j’ai saisi l’opportunité de venir en France où Châteauroux me proposait une place pour jouer en Cadets France. J’ai ensuite fait quelques essais pour intégrer un Centre de Formation et j’ai été retenu à Nancy. Malheureusement, j’ai dû quitter Nancy après quelques mois seulement à cause d’un problème de visa.

De retour en Hongrie, tu poursuis ta progression. Peux-tu nous en dire plus ?

Oui, étant obligé de quitter la France, je reviens dans mon club hongrois d’origine où je joue toujours en jeunes et m’entraîne en parallèle avec l’équipe pro. J’intègre ensuite l’équipe professionnelle de Kaszasok (2ème division) dans laquelle j’évolue durant 4 saisons. A l’âge de 23 ans, je signe au club d’Univer Kecskemet, en 1ère division hongroise, où je reste durant 1 saison.

Et puis tu as une nouvelle possibilité à Châteauroux…

C’est ça ! En 2009, Châteauroux me propose une place pour évoluer dans son équipe première en Nationale 3. C’est une opportunité que je décide de saisir avec la volonté, en parallèle, d’apprendre le français afin de pouvoir m’intégrer plus facilement dans la société.

Tu découvres le coaching en 2010, peux-tu nous en dire plus ?

Châteauroux me propose un contrat aidé qui me permet de faire mes débuts dans le coaching tout en continuant de jouer en Nationale 3. Je poursuis mon aventure à Châteauroux en tant qu’entraîneur-joueur  jusqu’à la fin de la saison 2011-2012. Cette première expérience me permet de me rendre compte que j’ai envie de poursuivre dans le coaching. A l’été 2012, je rejoins le club de Mirecourt où je continue à me former tout en restant joueur, toujours en Nationale 3. En 2014, j’obtiens le BPJEPS, ce qui me permet d’avoir un contrat à temps plein en tant qu’entraîneur-joueur. J’obtiens ensuite le CQP (Certificat de Qualification Professionnelle) et entre 2016 et 2018, je suis Directeur Sportif du club de Mirecourt. J’obtiens en parallèle mon DEJEPS durant la saison 2017-2018.

A l’issue de cette saison 2017-2018, tu as envie d’un nouveau challenge ? 

Oui, j’avais besoin et envie de voir autre chose. J’ai postulé dans plusieurs clubs et j’ai su que Blois pouvait être à la recherche d’un entraîneur en lien avec l’ouverture de son Centre de Formation. A partir de ce moment là, j’ai noué des premiers contacts en Juin 2018 avec Julien Monclar que j’avais eu l’occasion de côtoyer lorsque j’évoluais à Châteauroux. Au début du mois de Juillet, je suis venu passer un entretien qui s’est avéré positif.

Tu débutes avec l’ADA Basket en tant qu’entraîneur au sein du Centre de Formation en Août 2018…

J’étais vraiment très excité de débuter ce nouveau challenge avec Blois. C’est une chance que nous avons, avec l’ensemble du staff du Centre de Formation, de débuter un nouveau projet. Par conséquent, j’ai conscience d’être là pour bâtir en quelque sorte les premières fondations du Centre de Formation de l’ADA Basket.

Tu es notamment coach des U18 Elite, là aussi un très beau challenge avec cette équipe ? Quels étaient tes objectifs et quel est ton rôle auprès de cette équipe qui, rappelons-le, s’est constituée assez tardivement ?

Mes premiers objectifs étaient clairs et ils sont toujours d’actualité aujourd’hui, c’est à dire tirer le meilleur de chaque joueur et créer une vraie cohésion de groupe. En tant qu’éducateur sportif, je ne suis pas là que pour les faire progresser sportivement. Il y a d’un côté la relation Coach / Joueur mais aussi la relation Homme / Homme qui est aussi importante.

Le championnat se déroule en 2 phases. Que peux-tu nous dire sur la première phase et sur le fait que toi et ton groupe partiez dans l’inconnue ?

Nous étions dans une poule homogène et dense avec des clubs habitués à jouer à ce niveau comme Le Mans, Poitiers ou encore Orléans. L’objectif était de finir dans les 3 premiers. Nous avons finalement terminé à la 5ème place avec 3 Victoires pour 7 Défaites. Je retire tout de même de belles satisfactions de cette 1ère phase dans le sens où nous avons souvent pu jouer les yeux dans les yeux avec nos adversaires. Il ne faut pas oublier que la majorité de mes joueurs n’avaient jamais évolué à ce niveau et que la plupart d’entre eux ne s’étaient jusqu’à présent jamais entraîné deux fois par jour. Et puis, même si je ne veux pas me cacher derrière ça, la blessure d’Hugo Béquignon, un de nos leaders, nous a quand même handicapée. Mais dans l’ensemble, je suis satisfait de l’implication de mes jeunes qui n’avaient pas de vécu en commun. Je tiens d’ailleurs à saluer la qualité du recrutement qui a été effectué par le club pour constituer ce groupe.

Tu travailles au quotidien avec Philippe Sudre, le Responsable du Centre de Formation. Comment se passe votre collaboration ?

Nous travaillons beaucoup ensemble effectivement. Nous nous assistons mutuellement et j’apprends beaucoup à ses côtés. Nous avons une bonne relation de travail et nous avons la volonté de pousser dans la même direction. Une relation de confiance s’est rapidement installée entre nous, c’est forcément un plus pour travailler de manière sereine.

Que penses-tu des conditions de travail, aussi bien pour toi que pour les jeunes ?

Je suis très satisfait des installations dont nous disposons. Il y a une proximité entre les lieux où se déroulent les entraînements, les lycées où sont scolarisés les jeunes et l’endroit où certains d’entre eux sont hébergés (Résidence Valoria). Toutes les conditions sont réunies pour que nous puissions travailler dans de bonnes conditions.

Tu parles des lycées…les jeunes ne sont pas à Blois que pour jouer au Basket ?

David Pipereau, le directeur du Centre de Formation, a été clair dès le début avec les parents et les joueurs. Nous sommes sur un double projet (scolaire et sportif) et la priorité est le projet scolaire. Il y a un suivi régulier qui est effectué entre le club et les établissements et un soutien scolaire a lieu tous les mercredis avec Patricia Lebled.

La 2ème phase du championnat va débuter dès ce dimanche avec la réception du Paris Basket Avenir. Quels sont tes attentes et tes objectifs lors de cette 2ème phase ?

L’objectif premier est de s’améliorer en défense. J’attends également une progression dans la discipline de jeu. J’ai également envie qu’on prenne du plaisir à attaquer et défendre ensemble et qu’on puisse apprécier ce que l’on fait. Je veux également que les gens qui viennent nous voir au Palais des Sports puissent voir des jeunes qui ont envie de se battre. J’attends également que les plus “anciens”, qui potentiellement pourraient prétendre à jouer en Nationale 3 la saison prochaine, haussent leur niveau de jeu. Sportivement, nous avons l’objectif de terminer dans les 3 premiers. Nous retrouverons notamment dans notre poule le Limoges CSP, un club qui possède un Centre de Formation Agréé, qui n’a pas réussi à se qualifier dans la Poule Haute. Ce qui démontre que le championnat U18 Elite n’est pas simple.

Quelles sont tes attentes à moyen terme ?

J’envisage de passer le DESJEPS qui permet notamment d’entraîner une équipe espoirs. La formation des jeunes, c’est vraiment quelque chose qui me plait beaucoup. J’aime pouvoir être au quotidien avec mon groupe, être dans quelque chose de cadré où il y a beaucoup de rigueur et de discipline. Collectivement, on a besoin de continuer de bosser tous ensemble. Blois est un club qui a je pense dans son ADN l’envie de former des jeunes. Comme on peut le voir depuis plusieurs saisons, le club a la volonté de faire confiance à des jeunes joueurs, notamment en Pro B. Le club a pris une bonne voie dans sa structuration avec l’ouverture du Centre de Formation. Si nous travaillons avec sérieux, nous pourrons petit à petit monter nos ambitions, aussi bien sur le plan structurel que sportif.

Nous remercions Jean-Claude pour sa disponibilité

Ils interviennent au sein du Centre de Formation :

  • Paul Seignolle – Président de la SASP
  • Julien Monclar – Directeur des Opérations
  • David Pipereau – Directeur du Centre de Formation
  • Philippe Sudre – Responsable du Centre de Formation et Coach de la NM3
  • Jean-Claude Tornoczky – Entraîneur du Centre de Formation et Coach des U18 Elite
  • Nabil Saïfi – Assistant de la NM3
  • Moctar Ndir – Assistant des U18 Elite
  • Patricia Lebled – Soutien Scolaire
  • Jonathan Blot et Simon Bodard – Préparation Physique
  • Guillaume Morel – Administratif
  • Jean-Charles Delagarde – Médecin
  • Sylvain Courtin – Kiné
  • Didier Calliot et Yves Dubier – Intendance
  • Fabrice Bonamy – Correspondant FFBB et Service des Sports